BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Nada Surf : Retour sur le concert avec An Horse

Yanick Klimbo Tremblay
7 avril 2012

Le 5 avril 2012 au Corona de Montréal

Malgré mon air maussade et crapuleux, je suis un fanatique de la formation Nada Surf qui offre, selon moi, ce qu’il y a de mieux dans la pop facilement consommée. Après avoir manqué leurs deux dernières visites à Montréal pour cause d’accouchement et de poussée dentaire extrême de la part de mes enfants, il était de mise de participer à cette fiesta pop cette fois-ci. Avec une gardienne de confiance à la maison, nous avons quitté, mon épouse et moi, en direction du Corona, salle géniale pour un concert.

Sur place, nous manquons les premières chansons du duo An Horse, groupe qui comprend un batteur vocaliste et une chanteuse très masculine qui gratte les guitares en même temps. Ce groupe était en plein dans les cordes pour ouvrir pour Nada Surf car leur musique, plus minimaliste que le groupe principal, demeure toute aussi joviale. En majorité électrique, la musique du groupe prend parfois une pause plus acoustique mais avec une tangente encore rythmée. Enivrante, leur musique doit bien s’écouter en mode maisonnée !

Après une visite au kiosque de marchandises, je me rends compte que les prix demandés par Nada Surf pour leurs items sont très bas. Le prix des CDs varie entre 5$ et 10$ et de plus, les t-shirts ne sont qu’à 20$, un phénomène de plus en plus rare… Visite au service de boisson alcoolisé, c’est sur la Rolling Rock que mon choix s’est arrêté. Offerte en fût, je fus bien surpris par le goût léger de cette bière qui m’était inconnue jusqu’ici ! Cette blonde légère américaine est disponible depuis peu de temps au Canada et serait distribuée par Labatt… ce qui offrira une saine compétition au goût insipide de la Coors Lite, distribuée par Molson !

Maintenant un quintette sur scène, Nada Surf a ajouté deux musiciens de qualité en la présence de Martin Wenk, trompettiste de Calexico, qui fait office de claviériste, joueur de thérémine et trompettiste et de Doug Gillard, de Guided By Voices, aux guitares principales. La sonorité du groupe prend de la force sonore, plus opaque et plus complète. Avec un nouvel album en poche, The Stars are Indifferent to Astronomy, le groupe en faisait la promotion mais n’a pas oublié les autres pièces de son catalogue.

Entre les chansons, Matt Caws et Daniel Lorca s’expriment toujours et encore dans un français impeccable tout en faisant quelques blagues bien coquettes. Toujours aussi enjôleuses, les chansons passent très bien le test sur scène. Au niveau des voix, on dirait que le volume de Daniel Lorca est au plus bas possible, probablement du au fait qu’il fume comme un trou, ce qui doit affecter ses cordes vocales. Cigarette au bec, il gratte la basse à merveille par contre.

Foule tout de même nombreuse, les gens ont bien apprécié la prestation avec des moments forts lors de Whose Authority,  Hi-Speed Soul, Happy Kid, See These Bones et Concrete Bed. Il est étrange par contre de voir des hommes dans la quarantaine chanter des hymnes à la vie adolescente comme sur Teenage Dreams et Blankest Year lors du rappel.

Parlant de rappel, c’est lors de ce dernier que le moment fusionnel de la soirée est arrivé alors que la foule a fait une danse à « deux pas » en y allant de gauche et à droite sur Inside of Love, chanson la plus prisée du groupe étant donné qu’elle s’est retrouvée sur l’émission télé… One Tree Hill… oh……

Eh non, le groupe n’a pas joué Popular !

www.nadasurf.com

Remerciements à Evenko et Greenland

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES