BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Jaune comme tes dents est allé au lancement du nouvel album de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q.

Yanick Klimbo Tremblay
4 octobre 2012

Jaune comme tes dents est allé au lancement du nouvel album de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q.

Le duo montréalais MENACE RUINE lançait samedi soir dernier leur nouvel album intitulé Alight in Ashes. Reprenant un peu la discussion amorcée plus tôt, je me suis entretenu avec la chanteuse et claviériste Geneviève Beaulieu à propos de leur nouvelle création, de leur diète végétalienne, de monstres, d’isolement et d’opportunités qui s’offrent au groupe depuis sa formation.

Alight In Ashes (2012) de MENACE RUINE sur Discogs

Alight in Ashes étant votre 6e parution en autant d’années d’existence, je me demandais si vous aviez abordé la composition autrement pour celle-ci? Le processus était-il comparable aux précédents? Y’a-t-il un thème récurent, une ligne directrice ou une origine particulière?

Nous avons conçu cet album en deux temps. La composition des six pièces, dans leur structure à peu près définitive, s’est faite en février-mars 2011 juste avant notre tournée européenne avec le formidable groupe français Aluk Todolo.

Le processus varie d’album en album jusqu’à présent et celui-ci n’échappe pas à la règle. Nous ne planifions jamais faire un album et nous retrouvons à en faire un quand l’un de nous est sur une piste inspirante. Pour celui-ci, j’ai décidé de travailler avec des visuels comme moteurs créatifs. J’ai choisi quelques monstres de Aldrovandi dont j’ai accroché les portraits tour à tour au mur devant moi à notre local de pratique où nous faisons aussi tous nos enregistrements. Chacun des monstres a inspiré un son de synthé, qui devait mener inévitablement à la composition d’une pièce (ils semblaient ‘appeler’ les chansons presque) au synthé principal et à la voix.

J’ai souvent recours à la notion de jeu lorsqu’il s’agit de création et ça a toujours cet effet infiniment stimulant, en plus d’être un moyen de tromper l’angoisse du démarrage et des choix à poser devant l’abstraction. Je peux dire que les monstres ont été de merveilleux collaborateurs et m’ont transmis leur énergie, j’en suis certaine. En tout cas ils m’ont aidé à focaliser sur ce que je m’étais donné pour mission de faire et la musique est littéralement venue d’elle-même.

Aldrovandi's Monstrosus Sur marinus

Puis nous sommes partis en tournée avec la certitude que nous avions un nouvel album en progrès. Ensuite plein d’autres trucs ont pris le dessus dans nos vies, dont nos autres projets musicaux - Preterite dans mon cas, et S/V\R dans celui de S. – et puis nous sommes revenus à ces pièces au printemps 2012. Dès le départ, j’avais en tête de faire un album de ‘guérison’; Tenter de le charger d’un certain pouvoir de guérison, non pas spécifiquement la mienne, mais de guérison au sens large et de le renforcer de cette intention consciente.

Je ne suis pas médecin, ni shaman, ni grand chose de spécifique non plus, alors ma démarche vaut bien ce qu’elle vaut mais suis persuadée que la musique peut fonctionner comme un acte magique et devenir le véhicule de vœux et pouvoirs spécifiques si chargée d’une intention consciemment formulée ou d’une énergie très forte. J’avais envie d’un album qui illumine, sous le signe du feu, particulièrement celui constant qui purifie (par la dissolution de la matière impure). Mais au bout du compte il traite aussi de celui qui brûle et duquel on doit se méfier et s’aguerrir…

J’ai été très inspirée par mes lectures de Paracelse, cet extraordinaire médecin et alchimiste du XVIe. J’avais les idées très claires cette fois-ci. Il faut dire que je les avais laissées maturer pendant plus d’un an, et elles se sont chargées de mes expériences. J’ai trouvé cet album fascinant à accomplir et je sentais qu’il y avait une puissance extérieure à l’oeuvre avec moi, qui me nourrissait et me guidait. Beaucoup moins douloureux dans sa conception que le dernier en date, Union of Irreconcilables, qui nous avait même fait douter d’une suite possible de MENACE RUINE

Jaune comme tes dents est allé au lancement du nouvel album 'Alight in Ashes de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q.

Y’avait jusqu’à récemment le bruit d’une potentielle collaboration entre MENACE RUINE et Merzbow (qui n’aura pas lieu finalement). Je lisais que vous étiez liés par votre diète végétalienne notamment – ça va faire près de quinze années sans ingestion de chair animale pour ta part – comment et d’où ça vous est venue cette inclinaison? Autrement, l’idée de collaborer avec un autre artiste/groupe vous semble-t-elle encore intéressante/envisageable?

L’idée de notre collaboration était effectivement basée sur cette conviction commune, en addition à notre respect pour Merzbow. C’était attrayant mais n’ayant jamais été particulièrement attirés par les collaborations nous n’avons pas trop poussé en ce sens et l’étincelle de départ s’est éteinte naturellement. L’information a simplement été répandue trop vite.

MENACE RUINE est déjà une collaboration à notre sens et vu notre fonctionnement interne il est difficile d’imaginer avec quel artiste ou groupe cela pourrait donner un résultat intéressant. Ce n’est pas exclu toutefois, mais il faudra qu’à la fois S. et moi soyons réceptifs à l’idée et inspirés. Individuellement, les collaborations sont plus probables quoique rares jusqu’à maintenant car elles demandent – dans mon cas et dans celui de S. j’en suis certaine – une grande symbiose, un grand respect du travail de l’autre musicien et le désir ou la curiosité réciproque et sincère de découvrir quel serait le fruit de cette nouvelle équation. Aussi, l’impression d’avoir quelque chose à apporter au travail de l’autre, c’est évident. Autrement on le fait pourquoi? Pour le prestige ou le hype… ? Je sais pas, puisqu’on se retrouve toujours seul avec notre conscience, je dirais que ça ne tient pas vraiment la route.

Pour revenir à ta question sur ce qui a motivé notre végétalisme, ça vient d’une prise de conscience personnelle, progressive et naturelle. Nous avons tous les deux été végétariens, ce que je considère comme une phase de transition seulement puisqu’en consommant des produits animaux sous forme de lait, fromage, œufs et autres nous continuons de participer au massacre de la nature et d’encourager la même industrie de violence faite aux animaux. Dans notre société où il y a tant de ressources disponibles, il est vraiment facile de s’approvisionner en ‘substituts’ de viande et je considère que l’élevage de bétail pour la consommation est une pratique extrêmement barbare pour une société qui se vante de ses progrès. Bref, c’est vraiment l’idée de requestionner les valeurs reçues, de ‘vider son entrepôt’ quoi, et de s’engager à faire des choix plus responsables. Évidemment ce n’est pas juste au niveau de l’alimentation. C’est aussi dans un but d’équilibre globale, de faire une différence positive dans le monde, de respecter la nature puisque nous en faisons partie, conséquemment le respect de la vie au sens large.

Jaune comme tes dents est allé au lancement du nouvel album 'Alight in Ashes de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q.

Vous faites de la musique ensemble depuis le milieu des années 90 mais êtes moins, comment dire, prudents/réservés(?) à l’égard de celle-ci que depuis la formation de MENACE RUINE (en 2006). Depuis ce temps y’a des opportunités qui s’offre à vous à faire scintiller d’envie vos contemporains montréalais/québécois (tournées en Europe, le Roadburn en Hollande l’année dernière, tournées américaines etc) … Au niveau personnel, avec vos groupes précédents, aviez-vous même déjà pensé que votre création vous permettrait un jour d’accomplir tout ça? Et en général, est-ce que ça a changé votre perception du monde de la musique?

Ce qui pourrait sembler comme moins de prudence ou de réserve fut  simplement pour nous une question d’y croire davantage et de trouver enfin un peu de pertinence à ce que nous faisons… Le sentiment de faire une musique qui nous touche sincèrement tous les deux et qui en plus trouve une résonance chez d’autres personnes, c’est certain, nous a redonné la motivation et l’envie de porter nos projets vers le monde extérieur.

Il y a eu un point vraiment lumineux dans notre collaboration musicale qui durait pourtant depuis des années, et ce point est MENACE RUINE avec In Vulva Infernum, sorti un peu plus tard sur Tour-de-Garde. Nous avons alors touché à quelque chose et ça nous a ouvert une nouvelle porte créative ensemble. Les opportunités de le projeter vers le monde extérieur sont venues ensuite.

Notre premier allié fut Gary de Alien8, et sans son support et l’ouverture de ce label, particulièrement en ce qui concerne notre deuxième album, The Die is Cast (paru quelques mois après la sortie du premier) pour lequel la direction musicale avait déjà beaucoup évoluée (ce qui aurait pu leur sembler comme une discontinuité), nous n’aurions peut-être pas cette actuelle liberté de création quasi totale et ne profiterions pas du fait de ne pas avoir à nous définir à l’intérieur d’un genre musical précis.

La musique est sans frontières, surtout de nos jours. Et heureusement pour nous car ce que nous pouvons faire à Montréal est assez limité. J’ose espérer que les opportunités que nous avons sont basées sur notre mérite, et non pas sur la chance… Nous travaillons sérieusement avec tout notre cœur. Tu vois, je répondais un peu à cet aspect de ta question mais à l’envers dans une entrevue pour un magazine anglais dernièrement. J’y parlais d’un sentiment d’isolement ici, non seulement musicalement mais en tant que francophones en Amérique du nord. Nous sommes tout de même assez isolés dans notre situation. Comme s’il y avait une sorte de distance supplémentaire à franchir à cause notre langue maternelle, certainement, mais aussi de notre culture québécoise pour atteindre le monde, ou se sentir ‘universels’ si je puis dire. C’est quelque chose que je sens en tout cas personnellement mais je dirais que la musique est ce qui me permet de briser les frontières, ou de ne pas en rencontrer trop en fait et au bout du compte de constater que nous connectons plus naturellement avec les musiciens d’ailleurs… Je n’écris pas en anglais avec un désir de ‘succès international’ par contre; c’est simplement ma langue de prédilection pour la musique, à cause de sa puissance sonore et poétique. J’adore ma langue maternelle et cet héritage français est infiniment précieux.

Aldrovandi's Monftrum Marinum Humana Facie

Ce qui me rend le plus fière se trouve toujours relié à des dépassements personnels et la confrontation de mes projets musicaux avec le monde extérieur en est un sérieux. Ça inclut la parution de chacun des albums, chaque show, chaque tournée, tout ce qui me semble impossible au départ mais qui ne l’était pas au bout du compte. J’ai une immense réserve par rapport aux gens, un grand besoin de solitude et ne trouve pas facilement ma place dans le monde. Alors à chaque fois que je reçois une réponse positive à ce que je fais, je repousse à plus tard cet idéal de me retirer dans une cabane avec mon chat. Ça me donne une décharge d’énergie extrêmement propulsive.

Par rapport au monde de la musique, je dirais que ce n’est pas tant notre perception à nous qui ait changée, mais ce monde (ou industrie) en tant que tel. Je n’ai jamais été trop directement impliquée dans les aspects plus concrets, ça me rend nerveuse, mais je suis toutefois répugnée par cette nouvelle normalité d’auto-promotion continuelle. Non seulement pour les projets musicaux ou créatifs, mais pour les individus en particulier. Le fait d’avoir une tribune immédiate pour exprimer chaque idée, qu’elle soit banale ou métaphysique, m’effraie et m’étourdit au plus haut point. Je n’aime pas tellement notre époque…

Pour clore l’entrevue sur une note plus positive, l’une des plus belles opportunités que la musique nous offre – car la musique est à peu près la seule chose qui me permette quoi que ce soit personnellement dans la vie – est de parfois faire des rencontres formidables qui nous renvoient de puissantes vibrations, qui rendent la suite possible et nous font oublier ces aspects plus sombres de notre époque. Nous – les musiciens en général – faisons de la musique pour les gens et les gens nous le rendent, c’est une belle roue qui tourne à l’abri de toutes les avancées technologiques et ce moteur purement instinctif ne changera jamais j’en suis persuadée.


Jaune comme tes dents est allé au lancement de l’album Alight in Ashes de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q. L’album est paru en version CD sur l’étiquette canadienne Profound Lore et devrait paraitre sous peu en format vinyle sur le label américain Sige Records. Tous les remerciements du monde à Geneviève pour sa générosité.


Poursuivre l’expérience :

Being Observed
White Heat Magazine, septembre 2011

Menace ruine
New Noise, été 2011

Menace Ruine : Envoûtante Apocalypse
BangBang, mai 2010

Menace Ruine
Wire, mars 2009

Show no mercy
Pitchfork, septembre 2008

Jaune comme tes dents est allé au lancement du nouvel album 'Alight in Ashes de MENACE RUINE le 29 septembre MMXII à la Casa del Popolo, Montréal p.Q.

Rappelons en terminant que MENACE RUINE entament dans quelques jours une tournée Européenne d’une vingtaine de dates avec le duo Mamiffer (Aaron Turner & Faith Coloccia) et seront de retour sur scène à Montréal au mois de novembre prochain :

14/10 – Vienna, Austria @ Arena
15/10 – Zagreb, Croatia @ Nkc Park
16/10 – Velenje, Slovenia @ eMCe plac
17/10 – Bologna, Italy @ Teatro Degli Illusi
18/10 – Milan, Italy @ Ligera
19/10 – Neuchâtel, Switzerland @ Queen Kong Club
20/10 – Bern, Switzerland @ Dachstock
21/10 – Paris, France @ Espace B
22/10 – Besançon, France @ Les Passagers Du Zinc
23/10 – Brussels, Belgium @ Magasin 4
24/10 – Liege, Belgium @ La Zone
25/10 – Amsterdam, Netherlands @ Winston
26/10 – Bochum, Germany @ Christuskirche
27/10 – Karlsruhe, Germany @ Die Stadtmitte
28/10 – Berlin, Germany @ HBC
30/10 – Wroclaw, Poland @ Firlej Club
31/10 – Warsaw, Poland @ Powiększenie
02/11 – Riga, Latvia @ Artelis
03/11 – Tallinn, Estonia @ Von Krahl
04/11 – Helsinki, Finland @ Korjaamo

16/11 – Montréal p.Q. @ CFC (ex-Zoobizarre) avec Funerary Call and Havan

01/12 – Brooklyn, NY @ The Acheron avec Sewer Goddess, NorthumbriaTheologian

MENACE RUINE/MAMIFFER European Tour

Un commentaire

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES
iweb