BangBang : bangbangblog.com

Chanceux comme un quêteux

Jaune comme tes dents est allé faire l’expérience de SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

Yanick Klimbo Tremblay
9 novembre 2012

Jaune comme tes dents est allé voir SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

Y’a une sorte de réputation qui précède SWANS et c’est en partie attribuable à leurs performances en concert. On entendait beaucoup de gens parler de chaleur accablante lors de la tournée qui les a fait renaître en 2010 : SWANS montaient délibérément le chauffage durant leurs prestations afin de liquéfier l’audience, le processus de sudation permettant d’accentuer l’expérience du concert et de s’assurer de laisser une trace dans le folklore local. Y’a pas eu ça à Montréal quand ils ont joué au National par exemple. Je l’ai pas sudorifier entoucas.

Ils étaient donc de retour à La Tulipe à la fin du mois dernier pour présenter leur plus récente parrution - The Seer – et pour en parler on s’est entretenu avec Francis Ricard, bassiste pour la commançante formation montréalaise STRONGBOSS. Le nom de son groupe est une référence directe à la pièce Big Strong Boss de SWANS. Faque tsé.

Jaune comme tes dents est allé voir SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.


SWANS (de New York, NY, actifs de 1982 à 1997 et réanimés depuis 2010)
« Swans are majestic, beautiful looking creatures. With really ugly temperaments »

SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

Comment on pourrait présenter SWANS … Je me demandais par où commencer?
Il y a beaucoup trop de choses à savoir sur SWANS! Il faudrait demander à quelqu’un d’autre. J’imagine qu’il faut les situer dans les scènes new-yorkaise et industrielle de l’époque (au début des années 1980), mais pour moi ils ont toujours été dans une classe à part. On peut comparer des groupes à SWANS (probablement peu de gens savent qu’un membre d’UNSANE – le drummer Vincent Signorelli – a joué avec SWANS, ou que si on enlevait tout le SWANS du NEUROSIS qu’ils connaissent, il ne resterait pas grand chose) mais on ne peut comparer SWANS à quiconque. Ce qui m’a attiré vers le groupe au départ, ça a été d’entendre les histoires à propos des concerts, que ça rendait les gens physiquement malades … Il fallait absolument que j’entende ça!

SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.
SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

Y’a aussi une sorte d’évolution du groupe depuis son apparition au début des années quatre-vingt … C’est quoi la différence entre le SWANS d’avant et le SWANS de maintenant?
L’évolution de SWANS est un sujet très délicat. Je ne suis pas des puristes qui mettent une date de péremption sur le groupe ou qui soutiennent, par exemple, qu’ils n’ont rien fait de bon après l’arrivée de Jarboe (en 1986 sur l’album Greed). J’aime la majorité de ce qu’ils ont fait – sauf peut-être quelques trucs plus acoustiques/folk – parce que justement dans les thèmes et le son, y’a une certaine continuité. À mon avis, le SWANS réanimé en 2010 renoue en certains aspects avec le SWANS des débuts, davantage que certains albums d’avant la fin du groupe en 1997.

Ouais j’ai trouvé ça aussi … La répétition, le loudness, le côté abrutissant et hypnotisant de leur musique, l’insistance sur le rythme plutôt que sur la mélodie. Moins facile d’approche si on veut que leurs pièces plus harmonieuses des années quatre-vingt-dix. Michael Gira, le fondateur du groupe a d’ailleurs poursuivi dans la clémence auriculaire avec son projet ANGELS OF LIGHT aux lendemains de la dissolution de SWANS.

SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.
SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

L’expérience live de SWANS peut paraître un peu déplaisante au départ. Moi bien personnellement ils m’ont ni plus ni moins infligés une sévère blessure auditive et je suis sorti du show avec l’impression qu’on venait de m’assommer. M. Gira décrit d’ailleurs les prestations live comme étant ‘soul-uplifting and body-destroying’ … Qu’est-ce qu’il y a ‘d’agréable’ à assister à un concert de SWANS? Pourquoi on voudrait aller là?
Excellente question! C’est vrai qu’ils m’ont aussi salement tapoché. Et pourquoi il faudrait apprécier ça? Ça c’est une autre question. L’important c’est que SWANS sait bien le faire … Quelque chose de positivement désagréable, disons. Aussi cliché et banal que ça puisse paraître à dire, c’est une expérience. Pas une expérience au sens où il s’agissait tout simplement d’un bon concert ou d’un événement, mais bien une expérience où « tu prends ton trou et tu subis ». Je veux dire, si tu aimes SWANS tu es content. C’est un peu trop profond comme sujet … Pour moi, j’imagine en quelque sorte que ça perpétue le mythe qui m’a fait m’intéresser à SWANS au départ. Le simple fait qu’un groupe puisse affecter aussi profondément les gens, qu’il puisse avoir un impact aussi dévastateur sur le plan physique et émotionnel tout en étant perçu d’une manière positive, c’est en soi une raison de m’y intéresser.

Jaune comme tes dents est allé voir SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.
Jaune comme tes dents est allé voir SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q.

Jaune comme tes dents est allé voir SWANS le 26 octobre MMXII à La Tulipe, Montréal p.Q. Nos sincères remerciements à Francis de STRONGBOSS pour s’être prêté à l’exercice malgré la surcharge de son emploi du temps. Son groupe joue d’ailleurs deux fois (deux sets différents) le weekend prochain: le premier vendredi le 16 à la Death Church et le second le lendemain, samedi le 17 novembre à La Brique. Des enregistrements devraient suivre, quelque part au printemps …

STRONG BOSS, Novembre MMXII, Montréal p.Q.

Un commentaire

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Chanceux comme un quêteux

Yanick Klimbo Tremblay

Suintage métallique et autres bidules!

À propos…

RUBRIQUES

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES
iweb